Les randos à moto : pas d’improvisation !

0
348

3De nombreux motards aiment partager leur passion de la pratique de la moto en groupe. Et partir à plusieurs peut signifier une équipée de 2 motards jusqu’à … des centaines pour les plus grandes randonnées ! Une partie de la réglementation est justement consacrée à l’utilisation de la moto par un groupe de participants.

Qu’est-ce qu’un groupe de motards ?

Pour la réglementation, on parle d’un groupe de motocyclistes à partir de 2 motards. Dès qu’ils sont 2 ou plus à circuler sur une voie publique divisée en bandes de circulation, ils ne doivent pas circuler en file indienne. Ils peuvent alors être en deux rangs parallèles décalés, en respectant entre eux une distance de sécurité. Et si la chaussée n’est pas divisée en bandes de circulation, ils ne peuvent en aucun cas dépasser une largeur égale à la moitié de la chaussée. Si le croisement est impossible, ils doivent, le cas échéant, circuler en file indienne.

L’avantage du rang parallèle décalé, c’est qu’il permet à chaque motard de disposer d’un espace suffisant en largeur pour éviter un trou ou tout obstacle soudain, tout en permettant de pouvoir se remettre en file indienne si la situation l’exige, comme pour prendre un virage serré ou effectuer un croisement sur une route étroite.

Les règles d’encadrement diffèrent selon la taille du groupe

Ainsi, un groupe de 15 à 50 participants peut être accompagné par au moins 2 capitaines de route. Tandis que les groupes de 51 participants et plus DOIVENT être accompagnés par au moins 2 capitaines de route. On peut donc en déduire que les groupes de moins de 15 participants ne peuvent pas bénéficier de l’apport de capitaines de groupe.

Les capitaines de route veillent au bon déroulement de la randonnée. Hormis dans les carrefours avec feux, ils peuvent arrêter la circulation des voies transversales à l’aide d’un signal C3 pour laisser passer le groupe de motos. Ces capitaines de route doivent être âgés de 25 ans au moins et porter un vêtement rétro-réfléchissant, qui indique en lettres noires sur le dos la mention “capitaine de route”.

Vu leur rôle essentiel, la qualité des capitaines de route n’est pas à prendre à la légère pour un organisateur de randonnée. Heureusement, des formations sont organisées par des fédérations de motards ou des centres de maîtrise. Il faut aussi prévoir un nombre suffisant de capitaines en fonction du nombre de participants. S’ils sont trop peu pour gérer un groupe, ils risquent fort de commettre de nombreuses imprudences pour remonter la colonne de motards !

Quelques conseils pour les participants…

Au sein du groupe, on recommande de placer à l’avant les motards les moins expérimentés, pour limiter les effets d’accordéon. Mais en tête, on placera plutôt un motard aguerri qui imprimera un tempo raisonnable et constant, en restant suffisamment en dessous des limitations de vitesse, notamment pour que les capitaines de route ne doivent pas sans cesse rouler trop vite pour remonter le groupe !

Pour les autres participants, il est important de respecter le rang parallèle décalé, d’éviter les dépassements qui désorganiseraient le groupe et de faire en sorte de garder une bonne cohésion de la colonne. Par ailleurs, pour des raisons de sécurité, et aussi de mobilité pour tous, il vaut mieux scinder les très grands groupes en plusieurs sous-groupes, avec des départs espacés. Les autres usagers vous en sauront gré également…

Commissaire Olivier QUISQUATER

Source : https://www.secunews.be/index.php/themes-fr/securite-routiere/375-les-randos-a-moto-pas-d-improvisation